L’art délicat de la recharge

La batterie de nos véhicules électriques est finalement bien plus importante que le moteur, contrairement aux véhicules thermiques. C’est la partie qu’il faut chouchouter le plus pour avoir la meilleure autonomie possible et donc rallonger la durée de vie du véhicule. La façon de recharger sa batterie est primordiale pour optimiser sa durée de vie. Dans la suite, je vais essayer de donner quelques pistes pour une recharge optimale, sans vous noyer de détails techniques.

Comme je l’ai déjà dit dans un précédent article, il faut idéalement garder la charge de la batterie entre 10% et 80%. Avoir un taux de charge qui s’approche trop de 0% ou 100% est risqué et peut réduire la capacité de la batterie de manière permanente si cette situation se répète trop souvent et/ou dure trop longtemps. Je tiens à apporter une nuance à ça : si ça arrive une fois de temps en temps de charger à 95% et qu’on prend la route rapidement, ça n’aura que peu d’incidence. Même chose, ce n’est pas grave si on atteint de temps en temps une borne de recharge avec 5% et qu’on recharge immédiatement. Le plus important est de ne pas laisser le véhicule proche de 0% ou 100% trop longtemps. A noter par contre qu’il faut vraiment éviter la « zone de la mort » entre 0 et 5%, sous peine de séquelles permanentes sur la batterie. Accessoirement, on encourt le risque de tomber en panne sèche.

Au passage, si vous comptez ne pas conduire votre voiture pendant longtemps, veillez à ce qu’elle ne se décharge pas naturellement en dessous de 10-15%. Idéalement, il vaut mieux la stocker pendant vos vacances avec environ 50% de charge.

Deuxième paramètre pour prolonger la durée de vie des batteries : limiter le nombre de cycles de recharge. La seule façon de faire est éviter les décharges qui ne servent pas à faire des km, voir le paragraphe précédent : la voiture électrique n’est pas optimale pour une utilisation très occasionnelle.

La durée de vie moyenne d’une batterie Lithium-Ion qui équipe les Tesla varie selon pas mal de paramètres (la chaleur par exemple, les batteries préférant le froid), mais on lit souvent que ces batteries supportent environ 1000 cycles de recharge avant de tomber en dessous de 80% de capacité maximum. On parle bien de recharge complète dans ce cas donc de 0 à 100%. Prenons la Tesla Model 3 grande autonomie, ça équivaut à 500000km quand même. Néanmoins, à la fin de la vie de la batterie, l’autonomie utilisable de la voiture sera d’environ de 280km. C’est encore utilisable !

Troisième paramètre, la durée de la charge : toutes les charges ne sont pas équivalentes pour la durée de vie de la batterie et il vaut mieux une seule grosse charge (sans dépasser 80%) plutôt que plusieurs petites.

Exemple : Lundi matin, vous êtes à 80% de charge. Vous faites 50km/jour pour aller au boulot avec votre Tesla, vous perdez donc 10% de charge par jour et faites 250km par semaine de travail. Vous avez donc intérêt à la recharger seulement le weekend, aucun intérêt de la brancher tous les soirs. Votre habitude de recharge va dépendre largement de votre utilisation comme vous le voyez, tant que vous restez dans la gamme 10%-80%, la vie est belle !

Quatrième paramètre, la vitesse de charge : les batteries n’aiment pas être chauffées comme je l’ai dit plus haut, or la charge rapide échauffe plus la batterie.  Préférez donc les charges lentes aux charges rapides (exemple les Superchargers de Tesla) si vous avez le temps. Plus c’est lent, plus vous allongerez la durée de vie de votre batterie.

Soit dit en passant, la recharge fait chauffer la batterie, c’est facilement vérifiable en touchant votre smartphone quand il est branché. Les batteries n’aiment pas la chaleur, je l’ai déjà dit. Évitez donc de prendre la route immédiatement après une recharge, surtout si elle est rapide. Et oui, les Superchargers sont nos amis sur la route, mais sont les ennemis de notre batterie. Si vous pouvez laisser souffler votre voiture (et refroidir un peu votre batterie) 5-10min avant et après une super-recharge, vous allongerez la durée de vie de votre batterie là-aussi. Je suis d’accord que ce n’est pas du tout l’idée d’une recharge rapide mais bon, on parle de 10min de temps en temps qui, quelques années plus tard, vous permettront de préserver l’autonomie de votre Tesla.Vous l’avez compris, il faut un peu réfléchir pour limiter la perte d’autonomie de nos voitures électriques. La stratégie de recharge est vraiment critique pour prolonger la durée de vie des batteries. L’idéal est évidemment d’avoir un rythme de trajet constant avec des trajets professionnels notamment. On prendra facilement l’habitude de recharger certains jours.

La Batterie

Ah la batterie, le cœur de notre voiture électrique. Acheter une voiture électrique et l’utiliser de façon optimale demande un petit bagage technique. Je vais essayer d’expliquer dans la suite le strict minimum à savoir pour le conducteur lambda.

La capacité d’une batterie, l’équivalent de la taille de nos anciens réservoirs d’essence, se mesure en kWh ou kilo Watt heure (et non pas kilo Watt par heure). C’est une unité d’énergie et 1 kWh correspond donc à l’énergie dépensée par un fer à repasser (environ 1000 Watt) laissé allumé pendant 1 heure : 1000 Watt * 1 heure = 1kWh. C’est l’unité de vos factures EDF par exemple et ils nous facturent environ 12 centimes d’euros pour 1 kWh, selon votre contrat (heures pleines, heures creuses, etc.).


La capacité de la batterie de votre Tesla correspond à la quantité d’énergie qu’elle peut stocker. Cette capacité varie selon les modèles : 50kWh pour la Model 3 standard plus, 75kWh pour la grande autonomie ou performance. La consommation typique d’une voiture électrique dépend d’énormément de facteurs. Pour une Tesla, on peut prendre comme estimation un peu basse 15kWh/100km. On arrive donc assez naturellement aux 500km d’autonomie théorique environ, dont Tesla se vante pour sa Model 3 grande autonomie par exemple.

En tant que possesseur d’une voiture électrique, il est indispensable de dépasser ce calcul simpliste. Pour commencer, tout comme on évitera d’avoir 3 gouttes d’essence qui restent dans le réservoir, on évite pour des raisons de sécurité de descendre à 0% de charge. C’est en fait pire que ça : c’est très néfaste de vider totalement une batterie comme celle de la Tesla. Contrairement à notre smartphone, la voiture ne va pas s’arrêter avant d’atteindre la limite basse et la batterie peut s’endommager et son autonomie en être réduite de manière permanente. La sagesse populaire pour les voitures électrique est la suivante : on évite de descendre en dessous de 10% et on ne descend vraiment jamais en dessous de 5% de charge.

De l’autre côté, et c’est méconnu, la rapidité de charge de votre batterie dépend de son niveau de charge. Par exemple pour charger une batterie de 0 à 100%, on va passer la moitié de son temps à charger les premiers 80% de batterie, et la moitié suivante pour le reste. Au final, c’est assez rare de charger jusqu’à 100% une batterie de voiture électrique. Là encore, c’est en fait pire que ça : c’est néfaste de charger une batterie à 100% et la garder chargée au max longuement. Là encore, l’autonomie peut être réduite de manière permanente.

Vous l’aurez compris, et c’est intégré dans le planificateur de trajet de Tesla, on essaie de rester dans la plage 10%-80% de charge la plupart du temps. C’est donc 70% d’autonomie que vous utiliserez de manière courante. Pour le cas de la Model 3 grande autonomie, ça réduit tout de même la portée à 350km…

Une dernière chose : vous avez peut-être lu dans un article précédent que le froid limitait l’autonomie d’une batterie et que la raison était qu’on n’arrivait pas à extraire aussi efficacement l’énergie de celle-ci. Il faut savoir que le froid est … bon pour une batterie, la chaleur a tendance à l’endommager. Vous comprenez bien le dilemme : plus de durée de vie mais moins d’autonomie, ou l’inverse. Quoiqu’il en soit, stockez votre voiture dans un endroit plutôt frais pour la recharger si possible !

Article à venir: un guide simple pour mieux préserver la batterie de nos voitures électriques, l’organe sans doute le plus coûteux de celles-ci !

Le prix du pétrole explose !

Conséquence directe de l’attaque américaine ayant entraîné la mort d’un général iranien, le prix du pétrole a bondi en fin de semaine. Le baril de brut américain a grimpé de 3,1%, alors que le Brent gagnait 3,9%. Nous allons voir ces prix à la pompe à partir de février sans doute.

Une raison de plus s’il en fallait pour s’équiper en voiture électrique, qui ne subira pas de fluctuation dépendante d’un président débile aux US, qui risque en plus de se faire réélire pendant 4 ans en novembre prochain …

Vitesse Compteur/Réelle

Comme tout conducteur de voiture thermique, j’ai pris l’habitude de considérer que la vitesse réelle était à peu près 5km/h inférieur à la vitesse compteur. Pourquoi les constructeurs font ce choix, j’avoue ne pas comprendre, mais ça semble généralisé à la plupart des voitures, dont mon Audi A4. Quand c’est limité à 50 en ville, je suis à 55 compteur, 135 sur autoroute et ainsi de suite. Vous pouvez vérifier ça facilement avec un GPS externe type Waze.

Attention !!! Tout ça change avec une Tesla: la vitesse compteur est parfaitement calibrée sur la vitesse réelle.

Le vieux réflexe de se mettre à 57km/h au lieu de 50 en ville vous vaudra donc un joli flash, contrairement à votre voiture thermique.

Pour rappel, lorsque la vitesse mesurée par un radar statique est en dessous de 100km/h, la tolérance est de 5 km/h. Lorsque la vitesse mesurée est au dessus de 100km/h, la tolérance est de 5%.

Voici un petit récapitulatif pour les allergiques aux %:

Vitesse limiteTolérancePV à partir de
(Vitesse Tesla !)
 Vitesse retenue
50 km/h5 km/h56 km/h51 km/h
60 km/h5 km/h66 km/h61 km/h
70 km/h5 km/h76 km/h71 km/h
80 km/h5 km/h86 km/h81 km/h
90 km/h5 km/h96 km/h91 km/h
100 km/h5 km/h106 km/h101 km/h
110 km/h6 km/h117 km/h111 km/h
120 km/h6 km/h127 km/h121 km/h
130 km/h7 km/h138 km/h131 km/h

Tesla explose son record !

Tesla vient d’annoncer ses chiffres de livraison et de production pour le quatrième trimestre de 2019. Le constructeur a livré beaucoup plus que prévu avec la livraison record de 112 000 voitures. Le précédent record de livraison de Tesla était de 97 000 voitures au troisième trimestre.

La rumeur enflait que Tesla allait établir un nouveau record vers 100 000 livraisons au quatrième trimestre, mais c’est bien 112 000 livraisons qui ont été faites au cours des trois derniers mois de l’année. Voici les détails, d’après le communiqué de presse:

  • Modèle S/X : 17 933 voitures produites et 19 450 livrées
  • Modèle 3 : 86 958 voitures produites et 92 550 livrées
  • Total : 104 891 voitures produites et 112 000 livrées

Tesla et l’iPhone

Nous sommes nombreux à posséder des iPhone d’Apple et avoir testé, par exemple dans une voiture de location, la fonction Carplay, qui permet de transférer certaines infos et certaines interactions sur l’écran d’une voiture. C’est très pratique et on aurait pu penser que Tesla, au top de la technologie, aurait une solution pour intégrer l’une des plus grandes marques de téléphone portable – américaine de surcroit – dans ses voitures.

Et bien non ! Tesla a son interface multimédia totalement propriétaire et ne veut surtout pas de trucs Apple ou de machins Android d’ailleurs. Il y a 150 plus ou moins mauvaises raisons qui justifient ce choix, et à la limite peu importe. Reste à savoir ce qu’on peut faire et ne pas faire avec un iPhone dans une Tesla.

La seule chose qui permet à votre voiture et votre iPhone de communiquer pour le moment c’est la liaison Bluetooth. Une fois le jumelage effectué, on peut :

  • Passer des appels main libre.
  • Jouer de la musique en la contrôlant essentiellement depuis le téléphone. Depuis une MAJ récente, on peut quand même utiliser l’interface de la voiture pour consulter le contenu des listes de lecture et faire « précédent », « suivant », « play » et « stop ». C’est ultra limité mais bon, c’est déjà ça.
  • Afficher son agenda (et oui !).
  • TOUT NOUVEAU (depuis une MAJ de mi-décembre 2019): on peut lire et envoyer ses textos. Plus d’info ici: https://www.numerama.com/vroom/595504-les-voitures-tesla-peuvent-desormais-lire-les-sms.html

Et … c’est tout. On peut espérer un peu plus du jumelage Bluetooth dans l’avenir, mais pas garanti.

A noter que si on veut utiliser des fonctions plus avancées, une façon de faire qui ne consiste pas juste à prendre son iPhone dans la main avec Autopilot en route (même si c’est « mal », je parie que la majorité des gens font ça), est d’utiliser Siri. Siri permet notamment d’accéder à Plan en mode GPS, de contrôler assez finement sa musique stockée dans Apple music par exemple.

La Model 3 et le froid

La Batterie

La saison froide arrive en France, dans certaines régions plus que d’autres évidemment. Tout le monde s’est aperçu que les batteries se « déchargent » plus vite en hiver, c’est assez évident avec nos smartphones dont l’autonomie baisse énormément, surtout si la batterie n’est pas toute neuve.

En l’occurrence (je mets ma casquette d’ingénieur) ce n’est pas tout à fait exact. En fait c’est même l’exact opposé : une batterie se décharge MOINS vite quand il fait froid. L’énergie est en fait toujours stockée dans la batterie, mais la voiture ne peut pas y accéder tant que la batterie n’est pas réchauffée. C’est pour ça notamment que les Tesla sont équipées de chauffe-batteries qui permettent à la voiture de maintenir celles-ci à une température aussi bonne que possible. Pour info, alors que les Model S et X disposent de chauffe-batteries dédiés, la Model 3 utilise son moteur comme chauffage. Quoiqu’il en soit, si la voiture dépense de l’énergie à chauffer ses batteries, vous aurez compris que cette énergie ne sert pas à rouler, d’où un premier type de perte d’autonomie.

Un autre effet moins connu du froid est que les batteries se chargent également moins vite. D’ailleurs, le freinage par récupération sera limité ou désactivé lorsque la batterie est même modérément froide. Là encore, ça provoquera une perte d’autonomie puisque la puissance n’est pas récupérée tant que la batterie n’est pas à la bonne température.

D’où un premier conseil important : utilisez l’application pour allumer le chauffage de l’habitacle – qui chauffe aussi les batteries – pendant 30 à 60 minutes avant de partir. Ainsi, la voiture et la batterie seront chaudes dès le départ et ça limitera pas mal la perte d’autonomie. Une autre option est de programmer votre charge de batterie pour finir juste avant de partir, les batteries seront chaudes puisqu’elles sont réchauffées pour optimiser celle-ci.

Autres facteurs de perte d’autonomie

Cela semble dépendre de votre situation, de la température bien sûr mais probablement de votre style de conduite, si vous partez avec une voiture chaude (cf. point précédent). Certaines personnes parlent d’une réduction de 5 %, d’autres personnes de 30 % voire plus. 

Quelques points importants :

  • Les estimations de l’autonomie de votre Tesla ne tiennent PAS compte de la température, donc vous aurez tendance à faire des estimations optimistes. Soyez donc extrêmement prudents par temps froid sous peine de se retrouver en rade.
  • Les courts trajets accentuent la perte d’autonomie : si vos trajets sont courts et si la batterie est très froide, la batterie se réchauffera chaque fois que vous conduirez.
  • Le régénérateur lors du freinage peut être désactivé : vous devrez alors utiliser le frein, attention à la perte d’habitude !
  • Il arrive sur certains modèles que de la buée entre dans les logements des caméras qui permettent l’Autopilot. Ça peut s’expliquer par des différences importantes de température (en dessous de 16°C) entre le logement et l’extérieur. Un message d’alerte d’obstruction de camera et des effets secondaires peuvent se faire sentir. Tesla est au courant et essaie de résoudre ces problèmes mais pour l’instant pas de solution à part attendre que la condensation parte quand ça se réchauffe. Mettre la clim assez fort et éviter le mode recirculation devrait accélérer le processus, au prix d’un peu d’énergie.

Les autres conseils importants que j’ai pu glaner sur les sites webs :

  • Désactivez les essuie-glaces automatiques en hiver pour éviter de les endommager lorsqu’ils sont gelés.
  • Gardez le frein moteur en mode « bas » sur routes glissantes pour éviter les freinages et les dérapages imprévus.
  • Évitez de tenter le record d’accélération sur route glissante. Plus sérieusement, restez en mode confort.
  • Garez-vous dans un garage ou au pire dans un endroit couvert : ça parait évident, mais ça va mieux en le disant !